Aller au contenu principal

Story

Les sols suisses sont source de richesses

Des céréales aux fruits et légumes, en passant par les pommes de terre, notre agriculture assure 60% de l’approvisionnement de la population helvétique. A cette fin, les sols suisses doivent remplir des fonctions diverses.

Des céréales aux fruits et légumes, en passant par les pommes de terre, notre agriculture assure 60% de l’approvisionnement de la population helvétique. A cette fin, les sols suisses doivent remplir des fonctions diverses. 

La Suisse abrite de très nombreux types de sols grâce notamment à la grande variété de roches et aux différences climatiques. Mais, avec une superficie de 41 293 km², notre pays dispose d’une ressource en sol limitée qui doit satisfaire à différentes fonctions et exigences (lire encadré). En comptant les pâturages d’estivage en montagne, plus d’un tiers de nos sols servent à la production alimentaire. Cependant, depuis une trentaine d’années, les terres consacrées à l’agriculture ne cessent de diminuer. Selon l’Office fédéral de la statistique (OFS), nous perdons chaque seconde 1,1 m² en zone de plaine. D’après les derniers chiffres de l’OFS, en 2019, la surface agricole utile a baissé de 1247 hectares par rapport à 2018 et s’élève à 1044 millions d’hectares actuellement. Le principal type de culture en Suisse ? Ce sont les céréales avec près de 140 000 hectares, soit environ la superficie du canton de Lucerne. L’agriculture fait une distinction entre les céréales panifiables, destinées à la consommation humaine, et les céréales fourragères, destinées aux animaux. A l’instar du pays, la production est diversifiée. De la culture maraîchère dans le Seeland à l’arboriculture fruitière en Valais, sur les rives du lac Léman, en Suisse centrale ou en Thurgovie, en passant par les surfaces utiles exploitées dans les alpages, elle façonne le paysage et la culture. 

« En zone de plaine, nous perdons chaque seconde 1,1 m² de surface agricole. »

La Suisse, le pays de la pomme de terre
fenaco Produits du sol commercialise environ 150 variétés de fruits, légumes et pommes de terre différentes tout au long de l’année. « Pour certains groupes de denrées alimentaires comme les pommes, les carottes, les oignons ou encore les pommes de terre, des produits suisses sont disponibles pratiquement toute l’année. Nos infrastructures modernes nous permettent de stocker les produits pendant plusieurs mois sans aucune perte de qualité », explique Markus Hämmerli, Chef de fenaco Produits du sol. La pomme de terre occupe une place importante dans le secteur agricole helvétique étant donné que plus de 10 000 hectares lui sont consacrés. fenaco Produits du sol peut compter sur la production de 895 agricultrices et agriculteurs, qui livrent chaque année environ 150 000 tonnes de pommes de terre aux halles de stockage situées dans toute la Suisse  – à Bercher, Payerne, Anet, Bargen, Bätterkinden, Herzogenbuchsee, Frauenfeld et Marthalen – certaines livraisons vont directement aux sites de transformation de frigemo à Cressier. « Environ un tiers des récoltes est transformé ou vendu directement, et deux tiers sont stockés », précise Jörg Schär, Category Manager Pommes de terre de consommation chez fenaco Produits du sol. fenaco Produits du sol propose ainsi toute l’année quelque 45 variétés pour divers usages. Les pommes de terre sont très appréciées dans la cuisine suisse. La consomation par habitant et par an est d’environ 45 kilos.

Des fruits et légumes en toute saison
La production de fruits et légumes est elle aussi un pan important de notre agriculture. Outre des légumes de garde comme les carottes ou les oignons, fenaco Produits du sol propose une multitude de produits frais de saison à la clientèle de toute la Suisse. Parmi les principales matières premières alimentaires commercialisées et transformées par fenaco, 91% proviennent de Suisse. « Les fruits à noyaux, les baies, les tomates et les salades ne sont disponibles que de manière saisonnière. Pour les agricultrices et agriculteurs, il est essentiel de planter les bonnes variétés. Selon leur choix, ils pourront ensuite proposer un produit saisonnier plus longtemps. En effet, chaque variété mûrit à un autre moment », souligne Markus Hämmerli. L’Obstund Gemüsezentrale (OGZ) d’Anet fournit de nombreux produits frais à la clientèle de la Suisse entière, y compris un large éventail de denrées bio. Ainsi, de mars à novembre, près d’un million de laitues pommées, la salade préférée des Suisses, sont produites et commercialisées. « Dès avril, la saison des tomates débute. Jusqu’au mois de novembre, nous vendons quelque dix sortes de tomates suisses de toutes les couleurs, soit 1450 tonnes environ », explique Daniel Schwab, Category Manager Légumes chez fenaco Produits du sol.

i

Les multiples fonctions du sol

Quand on parle de fonctions du sol, la première qui vient à l’esprit est la production agricole, car c’est de la terre fertile que provient notre approvisionnement alimentaire. Mais les capacités du sol ne se limitent pas qu’à cela :

Matière première : le sol renferme des matériaux de construction comme le gravier, et stocke de l’eau et de l’énergie géothermique

Support: le sol sert de terrain pour les constructions

Production : le sol offre les conditions et les nutriments nécessaires à la production de denrées alimentaires et de fourrages

Habitat naturel : le sol est la base vitale de nombreux organismes et contribue à la diversité des écosystèmes, ainsi que des espèces animales et végétales

Régulation : le sol agit comme un filtre. Les matières organiques sont décomposées, transformées et réutilisées sous forme de nutriments

Archive : le sol conserve les informations sur l’histoire naturelle et culturelle

Des fruits sur 7000 hectares
La Suisse produit aussi des fruits, sur près de 7000 hectares au total. Avec son assortiment complet de fruits à pépins et à noyaux, fenaco Produits du sol est l’un des principaux distributeurs du pays. A n’en pas douter, la pomme est la reine du verger. Les fruits servent plutôt à faire du schorle, du cidre ou du jus de pomme chez RAMSEIER Suisse SA. « Les cidreries de RAMSEIER à Oberaach (TG) et à Sursee (LU) traitent en moyenne 50 000 tonnes de fruits à cidre par an», indique Christoph Richli, CEO de RAMSEIER. «Grâce à nos trois sites de stockage et de conditionnement de fruits à pépins, Léman Fruits à Perroy, Union-Fruits à Charrat et la halle fruitière de Sursee, l’approvisionnement de la population en fruits cultivés en Suisse est assuré toute l’année », souligne Christian Bertholet, Category Manager Fruits à pépins chez fenaco Produits du sol. Heureusement, car la pomme est le fruit préféré des Suisses. Chaque habitant en consomme en moyenne plus de 16 kilos par an.

Consommer local et durable
La Suisse dispose d’un degré d’autosuffisance alimentaire d’environ 60%. Le principal pilier de la sécurité alimentaire helvétique reste ainsi la production indigène. « Le système de protection douanière est un instrument important de protection de la production nationale. Pour les produits dont le degré d’autosuffisance alimentaire est élevé, les importations équilibrent l’offre et la demande », précise Markus Hämmerli. Pour favoriser une agriculture durable et de qualité, manger local reste la meilleure solution. Plus le transport est court, plus la qualité des denrées alimentaires est élevée. De plus, en privilégiant les produits locaux et de saison, les consommatrices et consommateurs mangent des produits frais dont la traçabilité est garantie. «Grâce aux prestations écologiques requises (PER), les produits Suisse Garantie répondent à des exigences environnementales sévères », conclut Markus Hämmerli. Les principes de développement durable sont activement appliqués en Suisse afin que les terres fertiles, champs fleuris et animaux sains marquent encore le paysage helvétique de demain.

i

Le ver de terre, indicateur et auxiliaire de la qualité des sols

Architecte du sol, le lombric est bénéfique pour toute la vie présente dans le sol. Il retourne et aère la terre. C’est un véritable marqueur de bonne santé du sol ! Les vers de terre sont donc à favoriser plutôt qu’à éliminer. Leurs déjections sont de véritables trésors pour les sols. Dans le jargon scientifique, on appelle cela un « turricule ». Il a la forme de tortillons et est deux fois plus riche que la terre en minéraux (azote, calcium, magnésium, phosphore, potassium). Le turricule est donc un engrais naturel.

fenaco Newsletter
Vous ne voulez rien manquer de ce qui se passe au sein de fenaco ?
Oui, m'inscrire