Aller au contenu principal

Story

Le spécialiste des baies de Schwyz

Martin Kündig gère le domaine fruitier de Sagenmatt à Schwyz (SZ) depuis 6 ans. Il y produit des baies, des fruits et des légumes. Les fruits sont majoritairement écoulés en vente directe.

Martin Kündig gère le domaine fruitier de Sagenmatt à Schwyz (SZ) depuis 6 ans. Il y produit des baies, des fruits et des légumes. Les fruits sont majoritairement écoulés en vente directe.

De ses mains agiles, Martin Kündig plante rapidement un plant de fraise après l’autre. Avec ses collaboratrices et ses collaborateurs de la ferme fruitière de Sagenmatt à Schwyz, il en plante plus de 45 000 par an. Il y a 40 ans, ce domaine était géré très différemment. A l’époque, le chef d’exploitation, Albert Kündig, élevait des vaches laitières et des veaux d’engraissement. Père et fils décidèrent ensuite de convertir le domaine à la production de fruits et de légumes. Martin Kündig dirige l’exploitation depuis dix ans. « Nous collaborons très bien, même si nous ne sommes pas toujours d’accord. Je suis très fier de mon fils », relève Albert Kündig.

Au départ, l’agriculteur schwytzois de 33 ans n’imaginait pas se spécialiser dans les baies. Il a tout d’abord étudié le métier de maçon et travaillé en tant que contremaître. Mais cette tâche ne lui plaisait pas et il revint sur le domaine parental. Après avoir suivi, en cours d’emploi, une deuxième formation d’agriculteur, il reprit le domaine paternel de Sagenmatt. « Oui, c’est vrai, il s’agit d’un métier astreignant. Parfois, les journées sont longues et les pertes dues à la météo sont frustrantes. Pourtant, je ne voudrais pas exercer une autre profession. Vivre et travailler ici est une solution parfaite pour moi. » Le jeune agriculteur explique apprécier le travail varié et la responsabilité que représentent ses produits et ses terres. Actuellement, M. Kündig cultive dix hectares, dont trois en location. « Notre exploitation se situe désormais presque en zone village car de nombreuses surfaces agricoles ont été construites. C’est un avantage, car cela nous permet d’être proches de notre clientèle. J’apprécie aussi le fait d’être efficace et de réaliser une belle récolte sur une surface restreinte. » La famille Kündig gère un magasin à la ferme depuis plus de 30 ans. Le jeune agriculteur l’a rénové lui-même récemment. « Nous souhaitons que notre magasin soit beau et chaleureux », précise M. Kündig. Désormais, les clients qui pénètrent dans le magasin sont entourés de bois. En effet, qu’il s’agisse des étagères, du comptoir de vente ou de la charrette décorative sur laquelle est posé le frigidaire : tout est en bois. La plupart du temps, la clientèle est servie par le personnel de l’exploitation : « Jusqu’à maintenant, cette méthode de vente nous a bien réussi », raconte l’agriculteur.

« Pendant le premier confinement, tout d’un coup, les gens ont voulu tout acheter en vente directe à la ferme. »
Martin Kündig, agriculteur à Schwyz.

La vente directe, un pilier central
En été, le Sagenmatt déborde d’activités, car c’est à cette saison que les baies, les prunes et les cerises arrivent à maturité. « Pendant les pics de travail, nous sommes quatorze pour ramasser les fruits et avons l’habitude de faire des semaines de 70 heures. » L’équipe permanente se compose du chef d’exploitation, Martin Kündig, de son père et remplaçant, Albert Kündig, de la collaboratrice Nadine Betshart et de Pawel Bielanski qui travaille depuis huit ans en tant que saisonnier. Actuellement, tous les fruits sont récoltés et transformés par le personnel, contrairement à ce qui était le cas auparavant lorsque les clients pouvaient récolter les fraises. « Aujourd’hui, cela n’est malheureusement plus possible, car souvent la clientèle ne vient pas au moment où les fruits sont mûrs », constate M. Kündig. « Les quantités récoltées seraient trop peu importantes et trop irrégulières, beaucoup de fruits pourriraient. En revanche, la vente à la ferme fonctionne très bien. » Les produits qui viennent tout juste d’être récoltés et qui ne sont pas vendus le jour même sont proposés à moitié prix le lendemain en tant que second choix. « La plupart du temps, nous trouvons des clients pour cette marchandise de second choix », se réjouit M. Kündig. Même en étant très soigneux, il arrive que des baies soient écrasées ou un peu abîmées. « Lorsque c’est le cas, nous faisons bien entendu preuve de souplesse et remplaçons la barquette concernée. Cela n’arrive cependant pas souvent. Je crois que notre clientèle attache beaucoup d’importance à la proximité avec les productrices et les producteurs. Elle est par conséquent consciente que tout est récolté à la main et qu’il peut donc arriver que des baies imparfaites finissent dans les barquettes. » Aux yeux du jeune agriculteur, il n’existe pas d’alternative à la vente directe. Grâce à cette dernière, une exploitation de la taille de la sienne bénéficie d’un meilleur prix et génère plus de valeur ajoutée sur le domaine. « Nous produisons les matières premières ici, les récoltons dans nos champs et les vendons aussi directement sur place. 80 % des produits sont commercialisés dans notre magasin. » Avec les 20 % restants, M. Kündig approvisionne des boucheries, des boulangeries et des restaurants des environs. Lors du premier confinement, au printemps 2020, l’agriculteur a été confronté à une énorme affluence. « Tout d’un coup, les gens voulaient tout acheter en vente directe à la ferme. D’une manière générale, j’ai eu l’impression que la population respectait davantage les agriculteurs. Beaucoup de gens me saluaient amicalement lorsque je passais devant eux en tracteur ». Entre-temps, l’affluence a un peu diminué, mais plus de 10 % de la nouvelle clientèle a pu être fidélisée.

Inventif et capable de s’adapter
Bien que la ferme fruitière de Sagenmatt pratique déjà plusieurs cultures, M. Kündig aime se lancer de nouveaux défis. Depuis quelque temps, il commercialise aussi des asperges. En 2020, trois ans après les avoir plantées, il a pu récolter ses premières asperges. « Ce fut incroyable ! » se réjouit M. Kündig. « Elles se sont vendues en deux heures ». Une demande extraordinairement élevée ou des problèmes météorologiques peuvent cependant rapidement devenir problématiques, surtout lorsque la demande est médiocre pour un produit dont l’offre est excédentaire. Mais M. Kündig ne se plaint pas, car des récoltes abondantes le satisfont à plus d’un titre. En effet, elles ne coulent pas de source, les sols du domaine n’offrant pas des conditions optimales pour cultiver des baies ou des légumes. « L’exploitation étant située a proximité de la chaîne du Mythen, les sols sont très pierreux, ce qui les rend difficiles à travailler. » L’agriculteur est toutefois habitué à s’adapter aux conditions naturelles. Pour augmenter ses rendements, il a par exemple investi dans un tunnel recouvert d’un film plastique. Des plants de fraise y sont suspendus. Cette méthode facilite aussi la récolte. Divers systèmes lui permettent de réguler la température et d’irriguer régulièrement. « Un investissement aussi conséquent doit bien entendu être rentable. Mais je suis confiant. » Quitter une nouvelle fois le domaine de Sagenmatt est en effet une chose que ce « spécialiste des baies » ne peut absolument plus imaginer.

i

Aperçu du domaine

Commune Schwyz
Altitude 550 m
Surface 10 ha
Cultures fraises, framboises, mûres, myrtilles, prunes, cerises, pruneaux, haricots, pois, oignons, ail, asperges, cornichons, salade, chou-rave
LANDI Membre de LANDI Schwyz

fenaco Newsletter
Vous ne voulez rien manquer de ce qui se passe au sein de fenaco ?
Oui, m'inscrire