Aller au contenu principal

Story

Moins de gaspillage alimentaire grâce à la « date de durabilité minimale plus »

Grâce au guide révisé sur la datation des aliments avec une "date de durabilité minimale plus", la durée de conservation des aliments est prolongée jusqu'à 360 jours.

De nombreuses denrées alimentaires emballées sont jetées malgré un état encore irréprochable, pour l’unique raison que la date imprimée sur les produits a expiré. Grâce à deux nouveaux guides initiés par le groupe de travail « foodsave2025 » et la « date de durabilité minimale plus », des milliers de tonnes de denrées alimentaires pourront être sauvées à l’avenir.

« Ces nouvelles lignes directrices sont une excellente opportunité pour l’industrie, le commerce de détail, les consommatrices et consommateurs de repenser la gestion des aliments et leur véritable durée de conservation ! » Enthousiaste, Urs Vollmer, Responsable Développement durable et membre de la Direction de frigemo, présente un flyer : « Consommation sans risque », telle est la devise. Des graphiques simples mais attrayants illustrent la durée pendant laquelle les aliments sont encore en parfait état et donc consommables passé la date limite de conservation. Le flyer est le fruit d’une étude de deux ans menée par le groupe de travail « foodsave2025 », qui est composé de représentantes et représentants du monde scientifique, d’organismes de don ainsi que de l’industrie alimentaire, dont Urs Vollmer fait partie. Ensemble, le groupe réfléchit à des solutions pragmatiques pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Son récent projet est d’introduire un datage des denrées alimentaires moderne et judicieux en Suisse. Sur mandat de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) et sous l’égide de la haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), le groupe a ainsi remanié le guide de datage des denrées alimentaires ainsi que le guide de don d’aliments et les a adaptés aux producteurs de denrées alimentaires.

« On peut dire que la date de durabilité minimale plus est révolutionnaire ! »
Urs Vollmer, Responsable Développement durable et membre de la Direction de frigemo

Durée de conservation prolongée de jusqu’à 360 jours

« Nous sommes conscients que de nombreux aliments emballés sont gaspillés à cause de la date apposée, alors qu’en fait ils ne sont pas avariés », explique Judith Deflorin, Cheffe de la division Accès au marché à l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV). Au total, quelque 2,8 Mio de tonnes de denrées alimentaires sont détruites chaque année en Suisse. Souvent parce que la date limite de conservation minimale est dépassée et que les aliments sont donc « périmés ». Le commerce de détail représente à lui seul 100 000 tonnes de ces articles jetés. A l’avenir, les nouveautés apportées aux guides de datation et de don permettront d’éviter en grande partie que ces aliments soient jetés. Selon Urs Vollmer, « On peut presque dire que le nouvel élément central des guides est révolutionnaire ». Il s’agit de la « date de durabilité minimale plus » (DDM+), qui définit un délai au-delà de la DDM « normale » dans lequel un produit stocké correctement est encore sûr et consommable. Selon la catégorie, cela représente entre 6 et 360 jours supplémentaires. Les denrées alimentaires portant une date limite de consommation qui se prêtent à la congélation peuvent aussi encore être utilisées comme produits surgelés pendant 90 jours. 

i

Conservation des aliments

Deux dates renseignent sur l’état comestible des aliments : les denrées très périssables portant une date limite de consommation (DLC) doivent être consommées avant une date donnée pour des raisons de santé. La date de durabilité minimale (DDM) sur une denrée alimentaire garantit, en revanche, la qualité du produit jusqu’à cette date.

Marge de manœuvre accrue pour le commerce de détail

Selon le groupe de travail « foodsave 2025 », les nouveaux guides présentent des avantages pour l’ensemble du secteur alimentaire. En effet, grâce aux nouvelles options, les produits avec date limite de consommation ne doivent plus être obligatoirement éliminés et les produits avec date de durabilité minimale peuvent être consommés plus longtemps. Pour les entreprises de l’industrie alimentaire comme frigemo, Ramseier ou Ernst Sutter, cela signifie qu’elles peuvent faire don d’une plus grande partie des produits invendus à des associations d’aide alimentaire comme Table couvre-toi ou Table Suisse. Le commerce de détail, lui aussi, bénéficie d’une plus grande marge de manœuvre pour éviter le gaspillage alimentaire, s’il a lieu : « La part de denrées alimentaires ne pouvant plus être vendue est généralement faible dans les magasins Volg », explique Engelbert Dähler, Responsable Approvisionnement et membre de la Direction de Volg Konsumwaren AG. Depuis début 2021, l’entreprise collabore avec la startup « Too Good to Go ». Via ce canal, la clientèle de Volg a l’occasion d’emporter les denrées alimentaires qui n’ont pas été vendues à temps, peu avant la fermeture du magasin et à un prix fortement réduit, sous forme de paniers surprise. Cependant, E. Dähler salue l’extension de la date de péremption et le flyer qui guide les consommatrices et consommateurs pour stocker correctement et vérifier l’état des denrées alimentaires : « Nous allons absolument attirer l’attention sur ce sujet et distribuer ces flyers dans nos magasins de village. De cette manière, nous pouvons sensibiliser une fois de plus la clientèle à examiner les aliments avec tous ses sens, plutôt que de s’arrêter à la date de péremption. » En effet, la lutte contre le gaspillage alimentaire n’est efficace que si tous les acteurs, du consommateur en remontant jusqu’au producteur, repensent leur manière de gérer les aliments peu avant voir passé la date de péremption.

fenaco Newsletter
Vous ne voulez rien manquer de ce qui se passe au sein de fenaco ?
Oui, m'inscrire