Aller au contenu principal

Story

Vers blancs : la contre-attaque avec des champignons utiles et une révolution dans l’épandage

fenaco entend employer des champignons comme produits phytosanitaires, révolutionnant ainsi leur utilisation. Il profitera particulièrement aux agricultrices et agriculteurs des régions de montagne.

fenaco entend employer des champignons comme produits phytosanitaires, révolutionnant ainsi leur utilisation. En 2021, la coopérative agricole a lancé à cette fin un projet avec Agroscope pour une durée de trois ans. Il profitera particulièrement aux agricultrices et agriculteurs des régions de montagne, grâce à une application des champignons nettement facilitée, notamment en la rendant accessible aux surfaces à forte déclivité.

Les champignons entomopathogènes sont utilisés dans la lutte biologique depuis des décennies. Car, en tant que prédateurs naturels, ils sont capables d’infester les insectes et de les décimer. Les jardiniers amateurs peuvent acheter ces « mycogranulés » contre les vers blancs pour particuliers chez LANDI. Ils sont utilisés notamment contre les larves de hanneton commun, hanneton de la Saint-Jean et hanneton horticole, qui vivent dans le sol sous les prairies, pâturages et pelouses. Se nourrissant principalement du système racinaire des plantes, ils causent de fâcheux dégâts : lorsque les pelouses et prairies sont fortement infestées, elles finissent par périr. En outre, les hérissons, blaireaux, sangliers et oiseaux causent des dommages supplémentaires à la recherche de larves.

Les méthodes traditionnelles de production et d’application de ces champignons utiles n’ont pas évolué au cours des derniers 30 ans. Début 2021, la coopérative agricole fenaco a lancé un projet avec l’institut de recherche Agroscope pour révolutionner ces méthodes. Des solutions durables sont plus que jamais nécessaires, car les dégâts causés par les vers blancs dans l’agriculture suisse sont énormes. La perte de fourrage pour le bétail et les coûts de remise en état des pâturages fourragers gravement endommagés sont estimés, à eux seuls, à plusieurs milliers de francs par hectare. A ce jour, quelque 3 000 hectares de prairies ont été traités contre les vers blancs dans toute la Suisse. Selon les estimations, environ CHF 15 Mio de dommages ont ainsi pu être évités au total.

Le projet est prévu pour une durée de trois ans, dans lequel fenaco investit au total CHF 200 000. L’objectif est de développer une production de masse plus efficiente de spores fongiques de qualité. En outre, le projet devrait permettre d’appliquer les spores fongiques sous forme liquide. La forme liquide est particulièrement importante pour les agricultrices et agriculteurs des régions montagneuses, sans laquelle il ne serait pas possible de travailler sur les pentes.

Le changement climatique a un impact sur le développement des ravageurs
Le changement climatique se ressent également dans l’agriculture en matière de ravageurs : les insectes étendent la zone dans laquelle ils sont actifs en se déplaçant plus au nord ou vers des altitudes plus élevées dans les régions de montagne. Des espèces qui, avant, étaient absentes ou négligeables dans une zone donnée migrent vers de nouvelles zones et développent de grandes populations. « Ces effets vont probablement s’accentuer », déclare Michael Feitknecht, Chef Production végétale fenaco, qui ajoute : « Les agricultrices et agriculteurs se trouvent dans un dilemme entre la pression croissante des ravageurs vivant dans le sol et le manque de mesures efficaces contre ces derniers, étant donné que l’utilisation d’agents chimiques de synthèse doit encore être réduite. Il est donc urgent de développer des mesures durables et respectueuses de l’environnement contre les ravageurs vivant dans le sol. »

« Il est urgent de développer des mesures durables et respectueuses de l’environnement contre les ravageurs vivant dans le sol. »
Michael Feitknecht, Chef Production végétale fenaco

Si les champignons entomopathogènes sont utilisés avec succès comme produits phytosanitaires dans d’autres parties du monde sur des surfaces toujours plus grandes, leur part reste faible par rapport aux produits phytosanitaires chimiques en Suisse et dans l’Europe entière. Pourtant, les lois sur les produits phytosanitaires sont des plus strictes en Suisse et de nombreuses études scientifiques soulignent l’efficacité des champignons entomopathogènes comme produits phytosanitaires biologiques. Le projet de fenaco et Agroscope entend changer cela.

Un nouveau procédé de production avec une méthode d’application innovante
Le projet de recherche fenaco et Agroscope innove avec un procédé de production amélioré et une nouvelle méthode d’application. « Le projet pourrait changer la donne dans le domaine de la lutte biologique et intégrée contre les ravageurs », déclare le Dr Giselher Grabenweger, collaborateur scientifique au sein du groupe de recherche Protection écologique des végétaux en grandes cultures d’Agroscope et co-initiateur du projet. Une nouvelle méthode de production devrait augmenter la capacité et raccourcir les cycles de production. En outre, un contrôle du processus de bout en bout garantira une qualité élevée des produits.

« Le projet pourrait changer la donne dans le domaine de la lutte biologique et intégrée contre les ravageurs. »
Dr. Giselher Grabenweger, collaborateur scientifique au sein du groupe de recherche Protection écologique des végétaux en grandes cultures d’Agroscope

Une autre innovation est destinée à révolutionner le mode d’application des champignons. « Nous voulons nous affranchir de la fermentation solide sur orge afin de produire et d’appliquer les spores de champignon sous forme liquide », explique Giselher Grabenweger. Le produit final à base de spores sera disponible sous forme de poudre mouillable. Une fois dissout dans l’eau, les agricultrices et agriculteurs pourront ainsi appliquer les spores sous forme liquide, ce qui rend également possible l’utilisation en pente escarpée. La technologie d’un dispositif d’application mobile existe déjà et peut être adoptée moyennant quelques ajustements. Cela signifie que les entreprises agricoles situées dans les régions alpines ou pré-alpines, en particulier, bénéficieront du projet. Car, avec le changement climatique, ce sont sont elles qui sont davantage touchées par les ravageurs tout en ayant des difficultés à prendre des mesures efficaces avec les méthodes conventionnelles.

Traitements sur le terrain effectués, résultats disponibles à la fin de l’année
Après le lancement du projet début 2021, les premiers traitements sur le terrain ont déjà été réalisés. Il sera possible de s’exprimer sur leur effet fin 2021. « Nous avançons pas à pas », déclare Giselher Grabenweger. Dans différents paquets de travail, les chercheurs se consacrent à la production de spores fongiques, à leur stockage avant utilisation, aux méthodes d’application sur le terrain et à la qualité du produit. « Au final, l’application devrait être plus efficace, plus facile d’emploi et moins chère », explique le Dr Fabian Schweizer, spécialiste chez fenaco pour les micro-organismes dans la protection des plantes. Ensuite, les champignons utiles pourront également s’imposer à plus grande échelle comme une alternative efficace aux produits phytosanitaires chimiques de synthèse et contribuer à réduire continuellement l’utilisation de ces produits.

« Au final, l’application devrait être plus efficace, plus facile d’emploi et moins chère. »
Fabian Schweizer, spécialiste pour les micro-organismes dans la protection des plantes, fenaco
fenaco Newsletter
Vous ne voulez rien manquer de ce qui se passe au sein de fenaco ?
Oui, m'inscrire