Aller au contenu principal

Story

Superaliment du pays

Les superaliments ne sont pas nécessairement tous exotiques. Les graines de chanvre décortiquées affichent une teneur élevée en protéine et sont riches en vitamines et en minéraux. LANDI Freiamt a inclus ces petites graines dans son assortiment pendant l’été 2020.

Les superaliments ne sont pas nécessairement tous exotiques. Les graines de chanvre décortiquées affichent une teneur élevée en protéine et sont riches en vitamines et en minéraux. LANDI Freiamt a inclus ces petites graines dans son assortiment pendant l’été 2020. Depuis peu, elles sont cultivées en Suisse.

Le chanvre est une plante qui offre des possibilités d’utilisation aussi variées qu’un couteau suisse. La fibre de chanvre fournit par exemple de manière durable la matière première pour le textile et le matériel d’isolation. Le chanvre médicinal atténue quant à lui les douleurs des patients atteints du cancer. Jusqu’à récemment, le chanvre alimentaire était en revanche encore assez méconnu du grand public. Mais les graines de chanvre se sont très vite fait une réputation de superaliment. Elles sont en effet plus riches en substances nutritives et en protéines que les autres denrées alimentaires. LANDI Freiamt est consciente de ce potentiel et commercialise depuis quelque temps des graines de chanvre décortiquées dans son magasin. Depuis le mois d’août 2020, ces petites bombes protéiques proviennent de Suisse.

Auparavant, les graines de chanvre décortiquées vendues à LANDI Freiamt étaient importées d’Autriche et se vendaient très bien. « Pourquoi ne pas les produire nous-mêmes ici puisqu’elles se vendent si bien ? » se demanda il y a deux ans Daniel Appert, membre de la Direction de LANDI Freiamt. Il commença alors à susciter l’intérêt des agricultrices et des agriculteurs pour la culture du chanvre. Un an plus tard, 14 fermes produisaient déjà des graines de chanvre. Cette année, leur nombre est passé à 23, pour une surface cultivée totale de 35 ha. Les fermes concernées se trouvent principalement dans les cantons d’Argovie, de Berne, de Soleure et de Bâle.

Une plante à tout faire excellente pour la santé
La crise du coronavirus nous a prouvé que la santé est notre bien le plus précieux. Une nutrition équilibrée et riche en nutriments en est un des piliers les plus importants. Une alimentation riche en protéine revêt une importance primordiale. La Société suisse de nutrition recommande de consommer quotidiennement 0,8 gramme de protéine par kilo de poids corporel. Or le chanvre alimentaire se démarque par une teneur en protéines de 30 %. En fait, les graines de chanvre présentent une teneur protéique assez proche de celle des oeufs de poule ou du soja. Mais elles ont bien plus à offrir. Le chanvre se distingue par un rapport optimal entre les acides gras omega-3 et les acides gras omega-6 et un effet préventif sur le rétrécissement des vaisseaux. Les graines de chanvre se distinguent par des teneurs élevées en vitamines A, B1, B2, B6, C, D et E, auxquelles s’ajoutent les minéraux que sont le calcium, le fer, le magnésium, le souffre et le zinc. Les graines de chanvre et l’huile pressée à partir de ces dernières peuvent être affectées à de multiples utilisations. Les graines décortiquées peuvent ainsi être ajoutées au muesli, au smoothie ou à la pâte à pain.

Un pionnier argovien
Erwin Stöckli produit des graines de chanvre dans la région du Freiamt depuis 2019. Dans la commune de Benzenschwil, il cultive deux parcelles de chanvre alimentaire de la variété « Fedora », sur une surface totale de quatre hectares. En marchant dans ses parcelles, on sent le parfum du chanvre. « Les habitants du village savent qu’il s’agit de chanvre. Pour eux, c’est une culture comme les autres », répond l’agriculteur lorsqu’on lui demande si sa culture suscite parfois l’incompréhension. Un panneau informe les passants de l’utilisation alimentaire du chanvre. « Le climat suisse est très propice à la culture du chanvre alimentaire. Ce dernier pousse partout où le maïs grain fournit de bons rendements », précise encore Erwin Stöckli. Cette plante cultivée l’a impressionné par son côté peu exigeant. Une sécheresse prolongée est peu problématique pour le chanvre, ce dernier disposant de racines très profondes.

La culture du chanvre est très écologique et ne nécessite ni produits phytosanitaires ni engrais. Erwin Stöckli a semé son chanvre en mai. A la miaoût, les plantes mesuraient déjà plus de trois mètres de haut. Les maladies ne posent aucun problème, pas plus que les adventices. Les graines arrivent à maturité à la fin septembre. La récolte est confiée à un entrepreneur en travaux agricoles du sud de l’Allemagne, qui a équipé sa moissonneuse-batteuse pour répondre aux exigences spécifiques requises par cette plante. La batteuse extrait les graines de chanvre des fleurs et coupe ces longues plantes en morceaux de 60 cm de long. Il faut éviter que les fibres ne s’enroulent autour des tambours et ne les bloquent.

Erwin Stöckli livre finalement ses graines de chanvre à LANDI Freiamt, qui les nettoie et les sèche avant le décorticage des graines réalisé dans le sud de l’Allemagne. Les tiges restent au sol afin de sécher et d’être nettoyées. Elles sont ensuite pressées et conditionnées dans l’entreprise de textile glaronaise Glärnisch Textil. Le matériel ligneux obtenu à partir des tiges de chanvre est également transformé en matériel d’isolation ou en litière pour animaux de compagnie. En plus de cela, le chanvre est un précédent cultural optimal pour le blé, ce qui représente un atout supplémentaire aux yeux d’Erwin Stöckli. Le peuplement serré et au bénéfice de racines pivotantes ameublit et aère le sol. Chez l’agriculteur, le chanvre est un élément incontournable de la rotation composée de maïs, de blé, de triticale et de chanvre.

Optimisme pour l’avenir de la culture du chanvre
La clientèle du magasin LANDI de Muri peut déjà acheter les premiers produits élaborés à base de chanvre. Nul besoin de chercher longtemps : les produits commercialisés sous le label « Hanfwohl, produits à base de chanvre suisse » occupent une place importante dans le magasin, sur une élégante étagère de bois jouxtant les rayons de spécialités régionales. « Au cours des trois premières semainesqui ont suivi l’introduction de ces produits,nous avons été obligés de remplir les rayons à deux reprises », explique une collaboratrice du magasin LANDI de Muri. Force est donc de constater que la demande est là. Pour que le projet pilote de LANDI Freiamt se mue en un succès durable, la question des paiements directs doit néanmoins être résolue au préalable. Jusqu’à maintenant, aucun paiement direct n’est octroyé pour cette culture. Le canton des Grisons est le seul à avoir trouvé une solution cantonale en vue de soutenir les agricultrices et les agriculteurs qui produisent pendant la phase de projet. Les surfaces de chanvre et l’utilisation explicite de ce dernier doivent bien entendu être annoncées. LANDI Freiamt soutient les agricultrices et les agriculteurs argoviens produisant du chanvre. La requête demandant que le chanvre alimentaire soit intégré au paquet d’ordonnances 2021 a été déposée et Daniel Appert de LANDI Freiamt espère que la réponse sera positive. La requête prévoit bien entendu une distinction claire par rapport au chanvre THC / CBD. Dans l’Union européenne, le chanvre alimentaire bénéficie déjà d’un statut identique à celui des autres cultures. Des directives existent et ont été testées. Ce modèlepourrait aussi être appliqué en Suisseet ouvrir la porte au chanvre alimentaire. Erwin Stöckli aborde ces défis progressivement. Actuellement, ce qui prime avant tout à ses yeux, c’est que les frontières suisses restent ouvertes. « L’année dernière, la machine utilisée pour récolter le chanvre a été bloquée à la frontière et nous avons alors eu un peu peur de ne pas pouvoir commencer la récolte », se souvient-il en souriant.

fenaco Newsletter
Vous ne voulez rien manquer de ce qui se passe au sein de fenaco ?
Oui, m'inscrire