Aller au contenu principal

Story

« Garnir ces paniers cadeaux, c’est assez sympa ! »

Dans le cadre de la participation au résultat de fenaco, les membres actifs de LANDI reçoivent un panier de délicieux produits. Ce dernier est le fruit de l’enthousiasme de personnes en situation de handicap physique ou mental.

Claudia, Fabian und Steffi von der Stiftung Brändi

Dans le cadre de la participation au résultat de fenaco, les membres actifs de LANDI reçoivent un panier de délicieux produits. Ce dernier est le fruit de l’enthousiasme de personnes en situation de handicap physique ou mental.

L’effervescence est à son comble dans les halles de travail de la fondation Brändi à Sursee. A première vue, rien ne semble détonner par rapport à un département logistique classique. Des personnes font des allées et venues avec des palettes de marchandises, remplissent des cartons et collent des étiquettes. Une odeur de sueur, de poussière de bois et de carton (due au pliage) flotte dans les halles. Les travailleurs et travailleuses sont concentrés, font quelquefois une plaisanterie qui sera ponctuée de rires. Pourtant, la halle de la Münsterstrasse à Sursee n’est pas comme les autres. Le temps y passe plus lentement et l’ambiance y est apaisante. « Ce sont des personnes en situation de handicap physique ou mental ou ayant un trouble psychique ou d’apprentissage qui travaillent et habitent à la fondation Brändi », explique Paul Duss, chef de groupe à Sursee. 

La fondation Brändi emploie 1800 personnes au total, ce qui fait d’elle l’un des plus grands employeurs de Suisse centrale. Dans le seul canton de Lucerne, elle possède 15 entreprises, 1100 postes de travail et places de formation et 340 logements. « Nous connaissons également un grand succès auprès des entreprises dont nous sommes prestataires, se félicite Paul Duss. La fondation collabore étroitement avec des entreprises des secteurs industriels et artisanaux, dont fenaco société coopérative, pour la production, la formation et l’intégration. » De mai à octobre, un millier de paniers cadeaux de la participation au résultat de fenaco quitteront chaque semaine l’entrepôt de la fondation à Sursee. En moyenne, six personnes travaillent en même temps à la station d’emballage et se relaient quotidiennement.

Rapports personnels et collaboration de proximité

« Bonjour, je m’appelle Fabian, c’est moi le chef ici ! », nous salue un jeune homme qui sourit entre les cartons et les caisses remplis de saucisses SUTTERO et de charcuterie en tranches AGRI NATURA. « Fabian est un vrai boute-en-train, révèle Paul Duss au sujet du chef autoproclamé, mais il n’a pas entièrement tort. Il est extrêmement motivé, très rigoureux et connaît les procédures de l’entreprise sur le bout des doigts. Il vient souvent en aide à ses collègues qui ont une question. » Agé de 33 ans, Fabian travaille à la fondation Brändi depuis 2008 et remplit des paniers cadeaux depuis l’instauration de la participation au résultat de fenaco il y a quatre ans. Pour lui, c’est un temps fort de l’année, comme il le raconte si bien : « J’aime beaucoup ces produits. Impossible de dire lequel je préfère. Emballer ces paniers, c’est assez sympa. De plus, ajoute-t-il, je trouve super que Karin soit si souvent avec nous. Cela me motive encore plus dans mon travail. » 

Il s’agit ici de Karin Boog, responsable de la coordination de la participation au résultat au sein de fenaco. Pendant la campagne en cours, elle passe chaque semaine et apporte de nouvelles étiquettes de transport. La proximité du mandataire est à ses yeux un avantage important. « Outre la confection, l’emballage et l’envoi extrêmement professionnels, j’apprécie énormément de pouvoir me rendre sur place très vite », indique-t-elle. Le bureau de l’Obstfeldstrasse se trouve en effet à 5 minutes en voiture. En cas d’incertitude ou de problème, par exemple si un produit s’abîme lors de l’emballage, elle peut réagir nettement plus rapidement. « Cela peut arriver, comme dans n’importe quelle activité logistique, précise Paul Duss. Notre personnel fait preuve d’une plus grande sensibilité quand cela se produit. Une bouteille brisée peut facilement casser l’ambiance. Fabian fait exception à la règle : il retrouve rapidement sa malice et en plaisante. »

Travailler sans pression

Qu’est-ce qui distingue vraiment le département logistique de la fondation Brändi des autres entreprises logistiques ? « Les collaborateurs et collaboratrices ne sont pas pressés par le temps : ils peuvent travailler à leur propre rythme », explique Paul Duss. « Pour nous, cela n’a pas de réel impact, ajoute Karin Boog. Les membres de LANDI qui bénéficient de la participation au résultat de fenaco savent que l’envoi des paniers cadeaux dure jusqu’au mois d’octobre. » « Mais on ne traîne pas pour autant, souligne le chef de groupe. Bien au contraire : les travailleurs et travailleuses savent intuitivement quand il faut accroître le rythme. Si j’accélère l’allure, tous les autres feront automatiquement de même. » La collaboration avec la fondation Brändi illustre parfaitement les valeurs de fenaco. Pour ses activités commerciales, fenaco prend en compte non seulement les aspects économiques et écologiques, mais aussi la dimension sociale du développement durable. Grâce à la confection de paniers cadeaux, les personnes en situation de handicap exercent un travail régulier et peuvent vivre de manière autonome.

Il est maintenant midi, Fabian et ses deux collègues Steffi (25 ans) et Claudia (41 ans) se préparent à prendre leur pause-dîner. « Oh là là, c’était un peu difficile aujourd’hui ! », s’exclame Fabian avant d’ajouter en guise d’au revoir : « Je suis impatient de continuer cet après-midi. » En quelques minutes, la halle de travail de la fondation Brändi se vide ; plus une trace de l’effervescence qui y régnait il y a peu. Exactement comme dans n’importe quel département logistique à cette heure…

fenaco Newsletter
Vous ne voulez rien manquer de ce qui se passe au sein de fenaco ?
Oui, m'inscrire