Aller au contenu principal

Story 4 minutes

De la sciure au condensé d’énergie

L’usine de Buttisholz (LU) fabrique essentiellement des panneaux de coffrage et des pellets de bois à partir d’épicéa, dont plus de 70 000 tonnes sont distribuées par AGROLA et LANDI Suisse. Une excellente valorisation du bois.

L’usine de Buttisholz (LU) fabrique essentiellement des panneaux de coffrage et des pellets de bois à partir d’épicéa, dont plus de 70 000 tonnes sont distribuées par AGROLA et LANDI Suisse. Une excellente valorisation du bois.

Steve Rogger achemine 24 tonnes de bois rond au site de Tschopp Holzindustrie AG à Buttisholz (LU). Il a chargé son camion de grumes d’épicéa à la communauté d’entreprises forestières d’Untergäu, près d’Egerkingen (SO). « Ce sont mes moments préférés, quand je vais chercher le bois rond dans la forêt. Je profite ainsi brièvement de la nature en solitaire », confie Steve. Son chargement est l’un des 25 livrés chaque jour à Tschopp. L’entreprise, qui a plus de 100 ans d’existence, produit dans sa scierie des panneaux de coffrage trois couches à partir de 115 000 mètres cubes de bois rond par an. « Nous achetons depuis toujours des grumes de la forêt dans un rayon de 100 kilomètres. Nous cherchons actuellement à augmenter encore le volume de matière première venant de là pour répondre à la demande accrue. Il semblerait que le bois ne manque pas », explique Daniel Tschopp. Avec son frère Ronald, voici la troisième génération à la tête de l’entreprise familiale. Grâce aux prix équitables, à une récupération efficace dans la forêt et à un paiement rapide, l’entreprise jouit, selon lui, d’une bonne réputation auprès des fournisseurs de bois.

Matière première

Steve, le chauffeur, va chercher la matière première directement dans la forêt. Une matière qui servira à la fabrication de pellets à la scierie.

Les écorceuses

En 24 heures, pas moins de 1500 grumes passent avec fracas à travers les écorceuses et scies alternatives.

La fabrication des pellets

La sciure et les copeaux de bois entrent dans la fabrication des pellets. 

Contrôle

Pedro s’assure de la bonne qualité de la sciure. 

Des résidus comme matière première
Afin d’optimiser les résidus de sciage (sciure, copeaux de bois) et, ainsi, la création de valeur ajoutée, Tschopp décide en 2005 de se lancer dans la production de pellets de bois. Depuis, la société fournit des pellets à AGROLA. Dès 2007, elle livre également des sacs de pellets de 15 kilos aux magasins LANDI Suisse. En vrac ou en sacs, tous les pellets portent le label de qualité supérieure « ENplus-A1 ». « Grâce aux pellets, nous valorisons nos résidus de bois. Nous étions convaincus que ces condensés d’énergie neutres en CO₂ fabriqués à partir de ressources renouvelables avaient de l’avenir », explique Daniel Tschopp. Sur une production annuelle de 120 000 tonnes de pellets actuellement, 40 % de la matière première est issue de notre propre scierie, les 60 % restants provenant d’autres usines de transformation du bois suisse. Et la famille Tschopp continue à investir : grâce à la construction d’une scierie moderne, on pourra dès le printemps 2023 transformer deux à trois fois plus de bois rond, par exemple en panneaux de coffrage et en bois débité. Tschopp AG disposera ainsi d’une plus grande quantité de résidus pour sa propre production de pellets. « Grâce à la collaboration directe avec des scieries, nous pouvons intégrer très tôt la chaîne de valeur ajoutée. La matière première pour la fabrication des pellets est ainsi disponible, même en cas d’hiver plutôt moyen », précise Alexander Stihl, Responsable des stocks et de la logistique chez AGROLA, qui se rend régulièrement chez Tschopp pour des formations, des contrôles qualité et des réunions de production.

Séchage

Les 200 tonnes de résidus de sciage produits chaque jour sont séchés à 90° C.

Sacs de pellets pour les LANDI

Tschopp produit 1,7 million de sacs de 15 kilos par an pour les magasins LANDI.

Transport d'AGROLA

Hans, le chauffeur, livre chaque jour des tonnes de pellets en vrac à la clientèle d’AGROLA.

De mètres en centimètres
Une douce odeur de bois flotte dans la scierie et dans l’atelier de production des pellets sous le fracas des machines. La matière résiduelle (environ 200 tonnes) arrive ici après le passage dans l’installation de séchage à 90 degrés, où elle perd jusqu’à 50 % de sa teneur naturelle en humidité. Elle est ensuite moulue, puis comprimée à haute pression par des matrices. Résultat : de petits cylindres de bois de 6 millimètres d’épaisseur, ensuite découpés en pellets de 2 à 4 centimètres de long, puis acheminés sur des tapis convoyeurs, soit vers le remplisseur des sacs de 15 kilos, soit vers deux silos d’une capacité de 1000 ou 7000 tonnes. « En temps normal, environ 7500 sacs par jour sont destinés aux magasins LANDI. Vu l’augmentation de la demande, nous produisons 10 000 sacs par jour depuis l’été. En réalité, cela ne suffit toujours pas », relate Pedro Da Costa, Directeur adjoint de l’usine de pellets Tschopp. Il est chargé, avec neuf collaboratrices et collaborateurs, du contrôle qualité et du bon déroulement du processus. Pendant l’ensachage d’une partie des pellets, Hans Egli, chauffeur de la société Interspan Tschopp AG, expéditeur sous contrat d’AGROLA, positionne son camion sous le grand silo sur le pont-bascule. Lorsqu’il ouvre la trappe de chargement, 10 tonnes de pellets en vrac tombent dans sa cuve. Dans la matinée, il aura déjà livré 23 tonnes de pellets à LANDI Aesch et, peu avant midi, un nouveau chargement à un EMS de Buttisholz. Le principal acheteur de Tschopp est AGROLA. Le prestataire énergétique est leader du marché suisse de la distribution de marchandises en vrac en grandes quantités destinées à des maisons individuelles et de grands complexes. Dans la situation actuelle de l’approvisionnement, AGROLA achète en ce moment près de 70 % des pellets de bois à des producteurs suisses, à savoir outre Tschopp, les sociétés Bartholdi Pellets AG à Bussnang (TG) et Lehmann Holzwerk AG à Gossau (SG). L’objectif est de revenir au plus vite au niveau habituel de 80 %. Pour répondre à toute la demande en Suisse et éviter les goulots d’étranglement, le reste des pellets de bois est acheté dans les régions frontalières. Alexander : « Nous souhaitons remplir les stocks, ce que nous avons fait cet automne. » 

fenaco Newsletter
Vous ne voulez rien manquer de ce qui se passe au sein de fenaco ?
Oui, m'inscrire