Aller au contenu principal

Story 5 minutes

Abécédaire de l’élevage d’animaux

L'élevage des animaux et, par conséquent, le bien-être des animaux sont des thèmes importants pour l'agriculture suisse.

Thumbnail

L'élevage des animaux et, par conséquent, le bien-être des animaux sont des thèmes importants pour l'agriculture suisse. La loi sur la protection des animaux et l'ordonnance y relative fixent des règles détaillées pour le traitement des animaux de rente. Outre les exigences légales minimales, il existe des labels et des programmes de protection des animaux. Il est difficile de s'y retrouver dans la jungle des termes techniques et de la terminologie liée à l'élevage des animaux. C'est pourquoi nous proposons cet aperçu.

Aliments composés
Les aliments composés sont des mélanges d'aliments pour animaux fabriqués à partir de matières premières telles que les céréales, le maïs, le soja, l'avoine ou l'orge, ainsi que divers additifs tels que des vitamines et des minéraux. Les sous-produits issus de la production alimentaire sont également valorisés et transformés en aliments via l'alimentation des animaux de rente, par exemple le son issu de la production de farine, les tourteaux, la pulpe de betterave sucrière ou les drêches de brasserie. Cette part représente environ 20 % des aliments composés. La composition des aliments composés est adaptée aux besoins de chaque animal. Ils sont proposés sous forme de farine, de cubes ou de miettes.

Effectifs maximums
La Suisse est l'un des rares pays au monde à fixer des effectifs maximums pour l'élevage d'animaux de rente. L'ordonnance sur les effectifs maximums empêche l'élevage industriel de masse. Les agriculteurs et agricultrices peuvent par exemple élever au maximum 300 veaux d'engraissement, 18 000 poules pondeuses, 18 000 à 27 000 (selon le poids corporel) poulets d'engraissement, 250 porcs d'élevage ou 1500 porcs à l'engrais. En moyenne, une ferme suisse compte 29 vaches laitières, 45 bovins, 240 porcs, 300 poules pondeuses ou 7700 poulets de chair.

Élevage au sol
L'élevage au sol désigne une forme d'élevage pour les volailles. Contrairement à l'élevage en batterie, qui n'existe plus en Suisse depuis 40 ans, l'élevage au sol permet aux poules pondeuses de se déplacer librement dans le poulailler. Le terme d'élevage au sol n'est pas tout à fait correct. En Suisse, les poules doivent aussi avoir la possibilité de s'asseoir sur des perchoirs dans le respect de l'animal. Elles disposent donc d'une volière comportant jusqu'à quatre étages superposés. Elles peuvent manger et boire dans la volière. En outre, ils passent la nuit sur les perchoirs. Le sol est recouvert de litière et les poules peuvent y gratter. Pour la ponte, les poules disposent d'une zone séparée avec des nids.

Élevage en batterie
La Suisse a été le premier pays au monde à interdire ce type d'élevage en 1982. Dans le cas de l'élevage en batterie, les animaux - souvent des poules pondeuses - sont élevés en batterie. Les cages des animaux sont disposées en rangées sur plusieurs étages. 

Engrais de ferme
Les engrais de ferme comprennent le fumier et le lisier des animaux de rente. Ils contiennent des éléments nutritifs nécessaires à la croissance des végétaux et représentent de la matière première de valeur pour la production végétale. En Suisse, les trois quarts environ des besoins en engrais sont couverts par les engrais de ferme. L'utilisation d'engrais de ferme, mais aussi d'engrais artificiels, dans les fermes suisses est fortement contrôlée. Les exploitations agricoles suisses doivent à cet effet établir un bilan de fumure. Celui-ci compare les éléments nutritifs utilisés avec les besoins des plantes. Ce n'est que lorsque le bilan est équilibré que l'exploitation agricole remplit les prestations écologiques requises et a droit aux paiements directs.

Ferme d'engraissement
Les fermes d’engraissement sont spécialisées dans l’élevage d’animaux pour la production de viande.

Ferme de recherche
Les fermes de recherche agricole sont des fermes expérimentales dans lesquelles de nouveaux produits, méthodes et technologies sont testés en conditions réelles. Elles visent à améliorer en permanence le bien-être des animaux, la productivité, la qualité des produits ou encore la performance environnementale des exploitations agricoles.

Fourrages grossiers
L'herbe, le foin ou la paille sont appelés fourrages grossiers. La plupart des exploitations agricoles le produisent elles-mêmes pour nourrir leurs propres animaux. Le fourrage grossier constitue une base vitale pour les ruminants tels que les bovins, les moutons ou les chèvres. Mais il est également donné aux chevaux. Le fourrage grossier est particulièrement riche en fibres brutes structurées.

Hygiène
L'hygiène est un facteur clé pour le bien-être des animaux. Les animaux ne se sentent bien que dans une étable propre. Un nettoyage et une désinfection réguliers renforcent leur santé. Une étable propre est la base d'une alimentation saine et de qualité.

Labels
De nombreux consommatrices et consommateurs et agricultrices et agriculteurs souhaitent faire davantage pour la qualité, la santé et l'environnement que ce que prévoit la loi. Les labels donnent des informations sur différentes normes de production : ils attestent que le produit répond à des exigences définies en matière de bien-être animal, d'écologie et de qualité du produit ou d'aspects sociaux et sanitaires. Les labels rendent donc visible la valeur ajoutée d'un produit.

Monogastrique
Les monogastriques sont des animaux qui, à la différence des ruminants, ont un estomac en une seule partie. Les monogastriques comprennent les omnivores comme les porcs et les volailles, les herbivores comme les chevaux et les lapins, mais aussi les carnivores comme les chiens et les chats.

Ruminants
Les ruminants sont des mammifères herbivores qui ont un estomac complexe composée de plusieurs poches. Les ruminants mangent surtout du fourrage grossier, par exemple de l'herbe, qui est difficile à digérer. Ils peuvent régurgiter la nourriture et la mâcher à nouveau. Le fourrage est ainsi broyé encore plus finement et mieux digéré. Les bovins, les ovins et les caprins font partie des ruminants.

Santé animale
Le bien-être des animaux est l’une des principales motivations des consommateurs et consommatrices pour acheter de la viande, des œufs et des produits laitiers suisses. La Suisse possède l’une des lois les plus strictes au monde. La loi fédérale sur la protection des animaux et les ordonnances fixent des règles détaillées pour tous les animaux de rente. De plus, il existe des labels et des programmes volontaires de bien-être animal de la Confédération, auxquels participent de nombreux agriculteurs et agricultrices.

SRPA
Le SRPA - Sorties régulières en plein air – est un programme facultatif de la Confédération. Il a pour but d'améliorer le bien-être des animaux de rente avec des sorties régulières en plein air. Les vaches laitières doivent par exemple bénéficier de : 26 sorties mensuelles au pâturage entre le 1er mai et le 31 octobre et 13 sorties mensuelles dans l'aire d'exercice entre le 1er novembre et le 30 avril. Les porcs, les lapins et la volaille doivent eux bénéficier de sorties quotidiennes de plusieurs heures.

SST
SST signifie «Systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux». C’est également un programme éthologique volontaire de la Confédération pour le bien-être des animaux. Les animaux sont gardés dans des stabulations à aires multiples et éclairées à la lumière du jour. Ils vivent en groupe, sans être entravés. Les animaux disposent de possibilités de repos, de mouvement et d'occupation adaptées à leur comportement naturel.

Stabulation libre
Les stabulations libres sont des étables dans lesquelles les animaux ne sont pas attachés et peuvent donc se déplacer librement. Dans une stabulation libre, les vaches laitières ont par exemple des zones séparées les unes des autres pour se coucher et se nourrir. Il existe des systèmes avec des logettes où chaque vache peut s'allonger librement dans une zone délimitée ou des systèmes avec une aire de repos commune.

Valorisation des aliments
La valorisation des aliments décrit la quantité d'aliments consommée par un animal pour une unité de production. Dans la production de viande, une conversion alimentaire de 2 signifie que l'animal a besoin de 2 kg de fourrage pour obtenir 1 kg de croissance. Dans la production de lait ou d'œufs, par exemple, c'est la consommation de fourrage par litre de lait ou par œuf qui est pertinente. Plus la valeur est élevée, plus l'animal a besoin de fourrage pour la même performance.

fenaco Newsletter
Vous ne voulez rien manquer de ce qui se passe au sein de fenaco ?
Oui, m'inscrire