Aller au contenu principal

Story

Patates douces suisses : Une culture exotique dans le Seeland

En 2014, deux producteurs innovants ont planté des patates douces ouvrant ainsi la voie à une branche de production attrayante. Dans leur conquête du marché, ils ont été soutenus par fenaco.

Thumbnail

En 2014, deux producteurs innovants du Seeland ont planté des patates douces sur leurs terres ouvrant ainsi la voie à une branche de production attrayante. Dans leur conquête du marché, ils ont été notamment soutenus par l’unité d’activité fenaco Produits du sol.

Des patates douces du Seeland bernois ? Inhabituel puisque cette plante alimentaire originaire d’Amérique du Sud est aujourd’hui surtout cultivée en Chine et en Afrique. Pour ce qui est de la Suisse, on ignorait si la patate douce pouvait y pousser en quantités intéressantes. Qu’à cela ne tienne: deux producteurs du Seeland, Christian Hurni et Simon van der Veer, dont des clients étaient demandeurs, n’ont pas eu peur de relever le défi.

Durant deux ans, ils ne se sont occupés que de l’achat des graines et des plantons. fenaco Produits du sol a soutenu les producteurs pour le volet commercial. « Nous avons évalué ensemble dans quelle direction les deux producteurs pouvaient aller avec cette idée passionnante », explique Patric Gutknecht, responsable des légumes chez fenaco Produits du sol. « Nous leur avons exposé les chances et les risques et les avons aidés pour le marketing, le site Internet, le placement dans divers canaux d’écoulement et le référencement chez les grands distributeurs. »

Le nom de la marque, Batati, dérive de « Batate », comme les Indiens d’Amérique du Sud appelaient à l’origine cette plante comestible.

www.batati.ch

« Nous avons évalué ensemble dans quelle direction les deux producteurs pouvaient aller avec cette idée. Nous leur avons exposé les chances et les risques. »
Patric Gutknecht, responsable des légumes chez fenaco Produits du sol

Interview avec le producteur Christian Hurni

Comment avez-vous concrétisé votre idée de cultiver des patates douces dans le Seeland ?
Christian Hurni : En 2014, nous avons planté nos premières patates douces après de longs préparatifs et commencé à accumuler de l’expérience. Nous avons dû jeter la moitié de nos premiers plantons. Aujourd’hui, avec des exploitations partenaires, nous produisons des patates douces suisses sous la marque Batati.

Comment fenaco Produits du sol vous a-t-il soutenus ?
Christian Hurni : Depuis 2017, cette collaboration nous a permis d’approvisionner à 100% un grand distributeur suisse. Nous pouvons compter sur l’expérience de l’équipe fenaco Produits du sol et considérons ce partenariat comme très précieux. Mais pour nous, la condition est que fenaco fonctionne uniquement comme prestataire de services et que nous gardions la main sur les ventes, car nous assumons aussi la totalité du risque. fenaco est un partenaire qui partage cette vision des choses et qui, comme nous, travaille dans la transparence.

Quels sont les prochains objectifs de Batati ?
Christian Hurni : Nous avons quatre objectifs majeurs pour Batati: la professionnalisation, le renforcement de la marque, l’engagement social et la lutte contre le gaspillage alimentaire. Nous investissons en permanence pour nous professionnaliser, c’est-à-dire être à la pointe en matière de conditionnement et de stockage. Nous sommes des pionniers et voulons être le producteur et fournisseur de patates douces en Suisse. Nous allons renforcer la marque Batati en collaborant avec la championne olympique de snowboard Tanja Frieden, qui est notre ambassadrice. Batati se distingue aussi par son engagement social. Nous plantons, cultivons et récoltons toutes nos patates douces avec des personnes qui peuvent ainsi se réintégrer socialement et professionnellement en travaillant chez nous. A cet effet, nous travaillons en étroite collaboration avec des institutions sociales et comptons bien poursuivre sur cette voie. Par ailleurs, notre objectif est de mettre en valeur 100 % de notre récolte et de lutter ainsi contre le gaspillage alimentaire. Nous avons lancé plusieurs projets à cet effet et déjà obtenu la promesse de grands distributeurs pour la prise en charge de marchandises de second choix ou de patates douces de trop gros calibre.