Aller au contenu principal

Communiqué de presse News

Les coopératives font partie du patrimoine mondial

« L’idée et la pratique d’intérêts communs organisés en coopératives » fait désormais partie du patrimoine mondial immatériel.

Thumbnail

« L’idée et la pratique d’intérêts communs organisés en coopératives » fait désormais partie du patrimoine mondial immatériel. Lors de sa séance du 30 novembre 2016 à Addis Abeba, l’UNESCO a décidé d’intégrer les coopératives au sein la Liste représentative, sur requête de l’Allemagne.

En tant que coopérative agricole et membre de la CI des entreprises coopératives (IGG), fenaco est très satisfaite que cette étape ait été franchie : « le groupe fenaco-LANDI est basé sur le concept plus que centenaire de l’organisation d’entraide paysanne et se tient, aujourd’hui comme hier, au service de ses membres », explique Martin Keller, Président de la Direction de fenaco. « A travers nos valeurs coopératives que sont la prévisibilité, la fiabilité et l’enracinement local, nous misons sur nos membres et nos collaborateurs et nous favorisons leur participation active, ce qui nous permet d’être une entreprise innovante. »

« Dans le monde entier et dans les secteurs les plus divers, les coopératives s’impliquent en faveur de leurs membres » précise Werner Beyer, président de l’IGG. « L’intégration de l’idée et de la pratique d’intérêts communs organisés en coopératives au sein de la Liste représentative de l’UNESCO est une marque de reconnaissance pour les prestations que les coopératives accomplissent quotidiennement » affirme Werner Beyer.

En Suisse, les coopératives disposent d’un ancrage solide et séculaire, à l’image de ce qui est le cas en Allemagne. Les coopératives d’alpage ou les sociétés de fromagerie coopératives sont des formes juridiques largement répandues. Les sociétés coopératives font également partie du quotidien de chaque Suissesse et de chaque Suisse, que ce soit lorsqu’ils effectuent leurs achats à la Migros, à la Coop ou à la LANDI, lorsqu’ils s’assurent auprès de la Mobilière ou réalisent leurs opérations bancaires à la Raiffeisen. La confiance que la population suisse accorde à cette occasion aux entreprises coopératives est très élevée, surtout par rapport aux sociétés anonymes cotées en bourse. Une étude récente réalisée en 2016 par l’institut de recherche gfs.bern sur mandat de l’IGG confirme cette appréciation. Cette confiance élevée s’explique par l’ancrage régional des coopératives, leur proximité vis-à-vis de leur clientèle et la possibilité d’une participation active pour les membres. Les coopératives souscrivent en plus ce cela à un modèle d’affaires durable dans le cadre duquel les bénéfices sont réinvestis dans l’entreprise.