Aller au contenu principal

Story

L’artisanat est ouvert à toutes et à tous

Sandra Fischer a dû se battre contre les préjugés durant sa formation dans l’artisanat. Elle a trouvé ses propres moyens pour s’affirmer dans ce domaine très masculin.

Sandra Fischer in der Werkstatt: «Ich habe früher schon gerne am Velo geschraubt.»

Sandra Fischer a dû supporter bien des moqueries au travail. La jeune mécanicienne d’appareils à moteur a eu du fil à retordre avec ses collègues de travail. Même ses formateurs ne la prenaient pas toujours au sérieux. Pas découragée pour autant, elle s’est aidée par ses propres moyens : le réseau Handwerk Netzwerk qu’elle a fondé permet aux femmes et aux personnes non binaires exerçant des métiers de l’artisanat d’échanger et de trouver les ressources nécessaires.

A 25 ans, Sandra Fischer travaille comme mécanicienne d’appareils à moteur chez Meier Maschinen AG, une société-fille de fenaco société coopérative. Elle est passionnée et s’épanouit dans son travail. Par le passé, elle a malheureusement souvent été confrontée à des comportements irrespectueux. En tant que femme dans l’artisanat, elle n’était pas prise au sérieux par ses collègues. De plus, elle fait partie d’une minorité dans un domaine très masculin. Une minorité qui était au cœur de l’attention pendant sa formation. Parfois trop : « Quand je faisais une erreur, tout le monde le savait immédiatement. » Elle est persuadée que « le niveau de tolérance est sûrement plus élevé chez les hommes ».

L’union fait la force
Afin d’améliorer l’ambiance au travail, Sandra a effectué une présentation sur le thème du respect devant son équipe. Elle est convaincue que « La sensibilisation est le seul moyen de régler le problème des comportements irrespectueux dans la société ». Mais elle n’a pas voulu passer à l’action seulement sur son terrain : n’ayant trouvé aucun point d’écoute pour les femmes de l’artisanat alors qu’elle cherchait du soutien, elle a fondé un groupe d’entraide au sein du Selbsthilfezentrum Winterthur. Sandra Fischer : « Rien que l’idée de pouvoir trouver du soutien et de ne pas être livrée à soi-même soulage énormément et produit parfois des miracles. » Elle a donc rencontré d’autres femmes exerçant des métiers de l’artisanat, et l’échange a été salutaire. Lorsque le sujet est remonté jusqu’au Bureau de l’égalité du Canton de Zurich, l’idée a germé au sein du Bureau de faire évoluer le groupe vers un réseau : « Cela vous permet de mieux vous soutenir mutuellement : un réseau peut se développer et défendre vos intérêts », explique Helena Trachsel, Responsable du service spécialisé.

Un lancement avec tous les honneurs
Le réseau Netzwerk Handwerk a été officiellement lancé vendredi dernier. Jaqueline Fehr, Présidente du Gouvernement du Canton de Zurich et Cheffe de la Direktion der Justiz und des Innern (direction de la justice et de l’intérieur), a prononcé l’allocution de bienvenue tout en adressant ses félicitations. « En tant qu’enseignante, je conseillais à l’époque aux filles de choisir un métier qui pouvait se concilier avec une famille ». Heureusement, elle perçoit la situation différemment aujourd’hui, confie-t-elle.

L’engagement de Sandra n’est pas uniquement soutenu par les femmes. Adrian Schürch, Directeur de Meier Maschinen AG, déclare : « Nous apprécions beaucoup l’engagement de Sandra. Cela nous permet d’attirer davantage de femmes dans cette branche très masculine. Je suis convaincu que les équipes mêlant différents profils sont plus performantes ». C’est la raison pour laquelle il soutient Sandra dans le développement de son réseau.

Le Netwerk Handwerk se réunit actuellement une fois par mois et prévoit divers événements. Les personnes intéressées peuvent s’adresser à : gleichstellung@ji.zh.ch

fenaco Newsletter
Vous ne voulez rien manquer de ce qui se passe au sein de fenaco ?
Oui, m'inscrire