Aller au contenu principal

Communiqué de presse News

fenaco et le FiBL concluent un partenariat stratégique et lancent un projet de produit phytosanitaire de substitution au cuivre

fenaco société coopérative et l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) concluent un partenariat stratégique. Ce premier projet commun vise à mettre sur le marché un produit de substitution au cuivre pour lutter contre le mildiou dans les vignes et d’autres maladies des plantes.

fenaco société coopérative et l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) concluent un partenariat stratégique. Dans un premier temps, la coopération dans la recherche sera axée sur le développement et la mise en oeuvre de solutions innovantes pour une protection durable des plantes. Ce premier projet commun vise à mettre sur le marché un produit de substitution au cuivre pour lutter contre le mildiou dans les vignes et d’autres maladies des plantes.

La demande en denrées alimentaires de qualité, saines et produites dans le respect de l’environnement est croissante, en Suisse comme dans le monde entier. L’utilisation de produits phytosanitaires qui ne sont pas d’origine naturelle est de plus en plus remise en cause. Les agricultrices et agriculteurs suisses souhaitent répondre à ces nouvelles exigences et gérer leur production de manière encore plus respectueuse de l’environnement. Pour ce faire, il faut de nouvelles solutions. Pour cette raison, le FiBL et fenaco, deux acteurs leader de la branche, ont décidé de conclure un partenariat stratégique. L’objectif est de développer conjointement des solutions conformes au marché pour une protection durable des plantes. Les deux partenaires apportent leurs connaissances et leur expérience dans ces projets. fenaco société coopérative soutient la coopération dans la recherche par une contribution annuelle de CHF 150 000.–.

« De concert avec le FiBL, nous voulons contribuer de manière décisive à une agriculture et à une industrie alimentaire suisses encore plus durables. »
Martin Keller, Président de la Direction de fenaco

Un partenariat stratégique basé sur la collaboration existante
Fort de plus de 40 ans de recherche fondamentale et appliquée novatrice dans l’agriculture biologique, le FiBL est un institut de recherche pour une agriculture durable reconnu dans le monde entier. fenaco, pour sa part, est l’entreprise leader dans le domaine agricole en Suisse. Active à tous les échelons de la chaîne de valeur agricole, elle constitue un lien entre les agricultrices/agriculteurs et les consommatrices/consommateurs. Par le passé, fenaco et le FiBL ont déjà collaboré avec succès. Par exemple, dans le cadre de « bas résidus », un projet visant à réduire les résidus de pesticides dans les pommes. « De concert avec le FiBL, nous voulons contribuer de manière décisive à une agriculture et à une industrie alimentaire suisses encore plus durables », commente Martin Keller, Président de la Direction de fenaco, au sujet de la collaboration et ajoute : « Après des partenariats stratégiques avec l’EPFZ et Agroscope, nous sommes ravis de pouvoir aussi conclure une coopération stratégique dans la recherche avec le FiBL. »


Des solutions phytosanitaires pour une agriculture d’avenir
fenaco investit chaque année au moins CHF 1 Mio dans la promotion de l’innovation. Une grande partie de ce montant est alloué à des projets de protection durable des plantes. Jouer un rôle de leader dans la protection alternative des plantes est en effet l’un des quatorze objectifs de développement durable de fenaco. La coopération avec le FiBL met elle aussi l’accent sur la protection des plantes dans un premier temps. Les ravageurs, maladies et adventices causent d’énormes dégâts économiques, de grandes fluctuations dans les récoltes et du gaspillage alimentaire. « La production végétale et le conseil sont des compétences clé des deux partenaires », déclare Knut Schmidtke, Directeur pour la recherche, la vulgarisation et l’innovation au sein du FiBL. « Nous nous complétons parfaitement. En effet, le FiBL apporte son expertise dans la recherche et fenaco, le lien avec le marché. » Concrètement, le FiBL et fenaco entendent accélérer la diffusion de systèmes de culture durables par les deux moyens suivants :

  1. Différents projets visent à combiner les résultats de la recherche du FiBL et les compétences de fenaco en matière de production, d’autorisation de mise sur le marché et de distribution. Il s’agit de développer conjointement des produits adaptés au marché à partir de prototypes prometteurs.
  2. Afin d’assurer le rendement de leurs cultures de manière aussi naturelle que possible, les agricultrices et agriculteurs doivent combiner correctement un grand nombre de mesures. Cela exige beaucoup de connaissances et d’expérience. Grâce au partenariat, le FiBL et fenaco peuvent travailler encore plus étroitement en réseau. Les résultats de la recherche peuvent ainsi être transmis plus rapidement à un grand nombre d’agriculteurs.

Les solutions développées en commun sont destinées à tous les systèmes de culture durables. Elles sont prévues tant pour les entreprises fournissant les prestations écologiques requises que pour la production intégrée ou les entreprises pratiquant l’agriculture biologique.

Un produit de substitution au cuivre pour premier projet commun
Aujourd’hui dans l’agriculture, le cuivre joue un rôle majeur dans la lutte contre les maladies des plantes. Cependant, il est aussi controversé, car il s’accumule dans le sol et peut avoir des effets néfastes sur des microorganismes. De plus, ce produit phytosanitaire est classé comme « présentant un potentiel de risque particulier » dans le plan d’action Produits phytosanitaires du Conseil fédéral. Depuis 2011, le FiBL en collaboration avec le département de biologie pharmaceutique de l’université de Bâle mène un programme de recherche pour développer des produits de substitution. Il est financé par le fonds Coop pour le développement durable, l’Office fédéral de l’agriculture et des projets européens.


En passant en revue plus de 3500 extraits de plantes et de microorganismes, l’équipe de chercheurs a identifié plusieurs extraits qui pourraient constituer une alternative au cuivre. L’extrait le plus prometteur en termes d’efficacité et de rentabilité a fait l’objet d’une demande de brevet en 2016. Ensuite, pour qu’un produit phytosanitaire soit prêt à entrer sur le marché, il faut répondre à de nombreuses questions en termes de production, d’autorisation et de distribution. Ce sont précisément sur ces questions que le FiBL et fenaco se penchent dans le cadre du nouveau partenariat. L’entrée sur le marché d’un produit de substitution au cuivre servant à lutter contre le mildiou dans les vignes ou d’autres maladies des plantes est prévue pour 2025 au plus tôt.