Aller au contenu principal

Story

Ce que signifie la crise du Covid-19 pour fenaco

Le groupe fenaco-LANDI est, lui-aussi, mis à rude épreuve par la crise du Covid-19. Il doit veiller, avec d’autres acteurs, à garantir l’approvisionnement en Suisse, ce que la Confédération a reconnu par écrit. Mais qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Le groupe fenaco-LANDI est, lui-aussi, mis à rude épreuve par la crise du Covid-19. Il doit veiller, avec d’autres acteurs, à garantir l’approvisionnement en Suisse, ce que la Confédération a reconnu par écrit. Mais qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Durant cette crise du coronavirus, le groupe fenaco-LANDI contribue dans une large mesure à maintenir l’approvisionnement indigène. Il veille à ce que l’agriculture puisse rester productive et à ce que les consommateurs trouvent suffisamment de denrées alimentaires, de fourrage et de biens d’usage courant dans les magasins. La fourniture d’énergie pour le chauffage et la mobilité dans l’espace rural fait aussi partie de ses tâches. Nombre de ses entreprises intensifient actuellement leurs efforts pour répondre à l’augmentation de la demande. C’est par exemple le cas de fenaco Produits du sol, d’Eico et d’autres entreprises de l’industrie alimentaire, des magasins Volg, de Traveco et d’Halag Chemie. D’autres domaines sont confrontés à une situation inverse. La pandémie y entraîne des pertes importantes de chiffre d’affaires, par exemple dans les sociétés qui approvisionnent le secteur de la restauration ou dans les magasins LANDI. Les ventes de toute une partie de l’assortiment des magasins ont dû être suspendues pendant un certain temps. Globalement, fenaco ne surmontera pas cette crise sans dégâts économiques. Toutefois, ces problèmes ne sont pas prioritaires pour le moment. « Actuellement, fenaco a deux priorités majeures: la protection des collaborateurs et la sécurité de l’approvisionnement du pays », souligne Martin Keller, Président de la Direction de fenaco société coopérative.

Cellule de crise
Pour assurer cette tâche, une cellule de crise a été mise sur pied par la Direction de fenaco société coopérative. Elle observe en continu l’évolution de la situation dans le contexte du coronavirus. Un bulletin informe régulièrement les collaborateurs et les cadres de fenaco de la situation dans l’entreprise. Les mesures communiquées sont basées, d’une part, sur les directives et les recommandations et, d’autre part, sur les circonstances particulières à l’entreprise. Les unités d’activité et les unités de prestations de fenaco ont émis à cet effet différents protocoles d’urgence en cas d’épidémie ou de pandémie.

Importance de l’approvisionnement confirmée
L’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays (OFAE) a confirmé au groupe fenaco-LANDI que celui-ci est un élément important du système d’approvisionnement du pays en biens et prestations de première nécessité. Les collaborateurs de la coopérative agricole fournissent des prestations en vertu de la loi sur l’approvisionnement du pays, qui sont indispensables à l’approvisionnement de la Suisse. Cela concerne en particulier la situation actuelle de lutte contre la pandémie du coronavirus. Evidemment, chaque agricultrice et chaque agriculteur a aussi une importance systémique.

Améliorer l’image de l’agriculture
Se voir confirmer son importance pour le système d’approvisionnement constitue une reconnaissance pour tout le secteur d’activité du groupe fenaco-LANDI et pour ses collaborateurs dans l’ensemble de la filière. Il est essentiel d’établir une étroite collaboration entre les exploitations agricoles et fenaco pour garantir la sécurité de l’approvisionnement dans toute la Suisse. En effet, les agriculteurs sont eux aussi touchés par la crise du coronavirus. C’est le cas des exploitations qui vendent leurs produits sur les marchés hebdomadaires annulés, de celles qui sont spécialisées dans l’agrotourisme ou les fleurs, ou encore de la branche viticole et d’une partie de la branche carnée auxquelles le canal de la restauration est complètement fermé. S’assurer le personnel suffisant pour les travaux agricoles est également un défi, étant donné que la main-d’œuvre étrangère manque dans beaucoup d’endroits. La reconnaissance manifestée par les consommatrices et les consommateurs envers l’agriculture suisse est un facteur réjouissant. Récemment encore, notre secteur était violemment critiqué dans les médias, tandis qu’à présent de nombreux Suisses et Suissesses ont à nouveau pris conscience de l’importance du secteur agro-alimentaire indigène, ce qu’atteste la forte demande en produits locaux. Il reste à espérer que la fierté retrouvée des agricultrices et agriculteurs permette d’assurer la récolte à venir.