Aller au contenu principal

Story

Apprentissage : exigences plus poussées

Comment l’apprentissage d’employée de commerce LANDI a-t-il évolué au cours des 25 dernières années? Veronica Repole et Lena Gisiger évoquent les expériences qu’elles ont faites jusqu’ici.

Thumbnail

Comment l’apprentissage d’employée de commerce LANDI a-t-il évolué au cours des 25 dernières années? Veronica Repole, qui travaille toujours pour LANDI Frila, et Lena Gisiger, apprentie de première année à LANDI Frila, évoquent les expériences qu’elles ont faites jusqu’ici.

Comment a évolué l’apprentissage d’employée de commerce ces 25 dernières années?

Veronica Repole: L’apprentissage d’employée de commerce est plus exigeant aujourd’hui. L’éventail d’activités et les responsabilités ont changé.

Lena Gisiger: J’estime avoir beaucoup de responsabilités. Dès le début de mon apprentissage, j’ai pu accomplir mes mandats jusqu’au bout.

Veronica Repole: Cela n’a rien à voir avec ce qui se faisait auparavant. Durant mes deux premières années d’apprentissage, je préparais souvent le travail pour mes supérieurs. Ce sont par contre eux qui le terminaient. A l’époque, les factures étaient l’activité la plus intéressante que l’on puisse faire dans le cadre d’un apprentissage de commerce. Je les établissais à la machine à écrire et je devais additionner chaque position. En fait, ce n’est qu’en troisième année que j’ai réellement commencé à avoir des responsabilités.

« Dès le début de mon apprentissage, j’ai endossé de nombreuses responsabilités. »
Lena Gisiger, première année d’apprentissage d’employée de commerce à LANDI Frila après avoir effectué un apprentissage de commerce de détail.

Pendant votre apprentissage, quel a été votre principal outil de travail?

Lena Gisiger: Aujourd’hui, c’est indiscutablement l’ordinateur.

Veronica Repole: A l’époque, c’était le manuel de travail qui me servait d’outil de référence.

Est-ce un changement positif ou plutôt quelque chose de négatif?

Veronica Repole: J’estime que c’est à la fois positif et négatif. Aujourd’hui, on passe beaucoup de temps devant son ordinateur et il suffit souvent de presser sur la touche OK sans devoir réfléchir au contexte. Rien à voir avec ce qui se faisait lorsque j’ai commencé: pour traiter certains sujets, il fallait disposer d’un certain niveau de connaissances. Aujourd’hui, c’est plus facile: on trouve très rapidement les informations dont on a besoin. En revanche, je crois qu’on réfléchit moins et qu’on encourage moins l’approche pluridisciplinaire.

Madame Gisiger, qu’en pensez-vous ou, exprimé différemment, pourriez-vous imaginer travailler sans ordinateur?

Lena Gisiger: Non. En ce qui concerne l’approche interdisciplinaire, je souscris aux propos de Madame Repole. Ce qui est sûr à mes yeux en tous cas, c’est qu’avoir accompli auparavant un apprentissage de commerce de détail chez LANDI est un atout.

Veronica Repole: A nos yeux, savoir qu’une collaboratrice a effectué son apprentissage de commerce de détail dans une LANDI est un gage de compétence. Cela nous a permis de confier beaucoup plus de travail à Madame Gisiger.

« Aujourd’hui, on a beaucoup moins besoin de réfléchir au contexte. »
Veronica Repole, collaboratrice à la comptabilité de LANDI Frila. De 1990 à 1993, elle a fait un apprentissage d’employée de commerce à LANDI Möhlin.

A propos d’école professionnelle: comment les cours étaient-ils organisés à l’époque et qu’en est-il aujourd’hui?

Lena Gisiger: En première et en seconde année d’apprentissage, nous passons deux jours par semaine à l’école professionnelle et un jour en troisième année.

Veronica Repole: J’allais un jour et demi par semaine à l’école.

Lena Gisiger: Je trouve qu’auparavant, les cours étaient mieux répartis. Nous devons suivre énormément de branches à la fois et il y a beaucoup de choses à apprendre.

Veronica Repole: La troisième année peut être très astreignante pour les apprentis. Idéalement, il faudrait disposer d’un jour de plus.

Madame Gisiger, qu’est-ce qui vous a incitée à opter pour un second apprentissage chez LANDI?

Lena Gisiger: J’ai toujours voulu devenir employée de commerce. En fin d’apprentissage, lorsqu’on m’a demandé si je souhaitais suivre un apprentissage d’employée de commerce, j’ai par conséquent tout de suite accepté.

Madame Repole, cela fait 28 ans que vous travaillez chez LANDI. Pourquoi?

Veronica Repole: Les choses ont toujours bougé. Les changements de personnel et les fusions ont rendu l’activité quotidienne très variée; j’ai reçu de nouvelles tâches. Avec mon expérience, j’ai une grande liberté de décision et je travaille de manière indépendante.

Dernière question: comment définiriez-vous votre apprentissage en trois mots?

Veronica Repole: Absence d’ordinateur, manuel, avec une majorité d’activités liées au classement et à la comptabilité.

Lena Gisiger: Automatisé, très informatisé, avec un large domaine d’activité.

www.landifrila.ch

fenaco Newsletter
Vous ne voulez rien manquer de ce qui se passe au sein de fenaco ?
Oui, m'inscrire