fenaco
Bild

Les agriculteurs et Facebook

06.12.2010

  • Les agriculteurs et Facebook Les agriculteurs et Facebook

Dans le sondage représentatif effectué auprès des agriculteurs par la Revue UFA, il en est ressorti qu’un dixième des personnes interrogées utilisaient Facebook.

La majorité (89 %) n’y recourt cependant pas alors que 1% des sondés n’a pas répondu. La comparaison entre les deux régions linguistiques ne permet pas d’établir de différences significatives. Plusieurs personnes interrogées ont spontanément répondu qu’elles ne disposaient pas de suffisamment de temps pour aller sur Facebook et certaines ont affirmé ne pas savoir de quoi il s’agissait. Plusieurs sondés ont également expliqué que leurs enfants utilisaient de temps en temps Facebook. Facebook est un site Internet convivial qui permet à chaque utilisateur de Au début, le paysan «FarmVille» a toujours pas mal de succès. L’utilisateur qui arrive à convaincre ses amis de jouer reçoit des cadeaux qu’il peut réinvestir. A travers ce système boule de neige, Farm- Ville est parvenu à convaincre plus de 70 millions d’utilisateurs de s’intéresser à l’agriculture. Lorsqu’il en a marre d’agrandir sa ferme virtuelle par son «travail » d’agriculteur en ligne, l’utilisateur peut investir de l’argent, par carte de crédit. Les associations de protection des consommateurs se montrent réticentes à ce sujet. Il ne faut finalement pas oublier que si Facebook et FarmVille sont des réseaux sociaux, ils ont aussi pour but de gagner de l’argent. _ se présenter et de télécharger des photos ou des vidéos. Les utilisateurs peuvent y inscrire les dernières nouvelles les concernant et inviter des amis aux fêtes qu’ils organisent par exemple. Ils peuvent également y faire paraître des petites annonces (page 86). Si les agriculteurs ne semblent pas être des utilisateurs chevronnés de Facebook, l’agriculture et les paysans jouissent pourtant d’une très grande popularité sur ce site, à travers le jeu en ligne «Farmville ». L’objectif consiste à se constituer une exploitation agricole, à affourager les vaches, à semer et à récolter. Celui qui réussit bien dans ce jeu peut acheter des machines plus grandes et se développer. Au début, le paysan «FarmVille» a toujours pas mal de succès. L’utilisateur qui arrive à convaincre ses amis de jouer reçoit des cadeaux qu’il peut réinvestir. A travers ce système boule de neige, Farm- Ville est parvenu à convaincre plus de 70 millions d’utilisateurs de s’intéresser à l’agriculture. Lorsqu’il en a marre d’agrandir sa ferme virtuelle par son «travail » d’agriculteur en ligne, l’utilisateur peut investir de l’argent, par carte de crédit. Les associations de protection des consommateurs se montrent réticentes à ce sujet. Il ne faut finalement pas oublier que si Facebook et FarmVille sont des réseaux sociaux, ils ont aussi pour but de gagner de l’argent.

« retour à la vue d'ensemble

Pour une agriculture suisse productive